Hollande et la virilité

Ça y est. La « virilité’ réapparaît dans la campagne présidentielle. Elle avait déjà fait des ravages en 2007 (pas Ségolène Royal, la virilité).

Jeudi 23 décembre, François Hollande, en campagne dans une librairie brandit, selon le journal le Monde,  « L’histoire de la virilité avec l’acteur américain Clint Eastwood en couverture, un revolver à la main : « Vous voulez bien lui envoyer ce livre? « , dit-il à son entourage (en parlant de  Sarkozy). Les mots sont retenus mais l’intention est bien là : François Hollande ne laissera pas passer les allusions blessantes. Ni sur sa taille, ni sur son envergure politique. »

Parce que voyez-vous, il fait être un mec et en avoir pour être président de la République. Eva, Marine et Christine apprécieront. Qu’on se le dise, Françoise Hollande est viril. Donc, il est fait pour le job, car la virilité est une condition sine-qua-non!

La France doit être le seul pays au monde où la virilité des candidats à l’élection présidentielle importe presque autant que leurs idées et leurs programmes. Cela en dit long sur la place des femmes dans la société française.Cela dit après le feuilleton DSK, on sait à quoi s’en tenir. D’ailleurs, DSK aurait-il eu besoin de brandir sa virilité en tant que candidat?

Déjà en 2007, Nicolas Sarkozy s’était démarqué de sa concurrente à l’Elysée en mettant en avant son identité masculine forte c’est à dire virile. L’image compte. Certes, cette histoire de virilité vient en partie du fait que peu de femmes sont présentes en politique malgré la loi sur la parité.

Il serait vraiment dommage que monsieur Hollande fasse le jeu du président sur cette question de la virilité.

Dommageable pour la place des femmes en politique et dans la société et dommageable pour son image d’homme de gauche.

Étiquettes : , , , , , ,

One response to “Hollande et la virilité”

  1. Antoine says :

    Il s’agirait peut être d’arrêter de prendre tout comme une forme de discrimination ; D’une part, il n’a jamais été dit que les femmes ne pouvaient pas « en avoir », mais j’ajoute à ça que si une femme avait lâché ça, on l’aurait applaudit. Si on commence à interdire de prononcer des mots comme « virilité » ou autres termes du genre aux hommes blancs caucasiens catholiques hétérosexuels (et croyez moi, j’en suis loin moi-même) ça fleurerait avec une certaine forme de totalitarisme, à mon sens.
    Je pense que ce qu’à tout simplement voulu dire le candidat, et j’essaye de rester simplement objectif, c’est qu’après des attaques, relativement basses, du président, il répond simplement, non pas qu’il n’a pas de virilité, mais qu’il a sûrement un problème avec celle ci pour voler aussi bas. Evidemment je ne suis pas dans sa tête, mais je ne pense pas qu’il soit extrêmement sain de dénoncer une misogynie à la va comme j’te pousse. Comme les excuses réclamées à Johnny Halliday, pour des propos dont tout le monde pourrait simplement se foutre totalement, au moins au point de ne pas demander à canal+ pourquoi ça n’a pas été censuré. Et je passe beaucoup de cas du genre.

%d blogueurs aiment cette page :